Dans le noir ? est une franchise de restaurants qui vous propose de manger dans l’obscurité totale. Il existe plusieurs établissements dans le monde, comme à Londres, Paris, Nantes, Barcelone, Madrid, Saint-Petersbourg et Auckland.

J’ai eu l’occasion de tester pour un dîner d’entreprise et cette expérience mérite que je vous fasse part de mon avis.

Le concept :

Comme je vous le disais, c’est très simple, vous mangez dans le noir! Le but est à la fois de vous faire vivre une expérience sensorielle, gustative et humaine. L’intérêt d’aller au restaurant est avant tout de manger avec les yeux en découvrant le plat. Ainsi, on peut apprécier la présentation et en voyant les différents éléments, imaginer quelles saveurs nous allons rencontrer. Dans le noir, toutes nos certitudes et projections sont chamboulées et l’on ne peut découvrir et apprécier le plat que par le toucher et le goût.

Au-delà de l’aspect sensitif et sensoriel, il y a un très fort aspect humain. Vous êtes en effet servi par des serveurs mal ou non-voyants qui vous accompagnent tout au long du repas. Dans le noir et dépourvu de tout repères, on se met ainsi à la place des personnes non-voyantes, on est plongé dans l’inconnu, on découvre les choses par le toucher, on est attentif et inquiet quant aux obstacles éventuels et on découvre aussi notre voisin d’une manière différente.

En cela, l’expérience est intensément et profondément humaine. Elle nous permet à la fois d’être confrontés, le temps d’un repas, à certaines difficultés et à certains sentiments que peuvent peut-être rencontrer les personnes mal ou non-voyantes. Je ne prétends pas savoir ce qu’elles vivent au quotidien mais ça nous remet à notre place et nous fait considérer les choses sous un autre angle.

Dans le noir, on partage aussi un moment différents avec les personnes qui nous accompagnent. Ne les voyant pas, notre rapport devient différent. On ne peut pas observer leurs réactions et y réagir, c’est pourquoi la communication orale devient essentielle.

Le déroulement du repas :

Les services sont programmés tout au long de la soirée, il est donc demandé de se présenter à l’heure. Lorsque nous arrivons, on nous demande de mettre nos effets personnels dans un casier, sans oublier tout ce qui peut être source de lumière : téléphone, montre connectée, montre avec des aiguilles fluorescentes…

On nous explique ensuite que l’on va s’apprêter à vivre une expérience unique, que l’on sera servi par des personnes mal ou non-voyantes et que l’on dégustera un menu surprise. On nous précise ensuite qu’il y a des couverts sur la table mais qu’on ne s’en servira probablement pas, tant c’est difficile à appréhender dans le noir. De plus, le toucher est indispensable pour tenter de découvrir ce que l’on va manger et aussi de le trouver dans l’assiette. On nous indique également que 9 personnes sur 10 confondent le vin rouge, blanc et rosé ou même la viande et le poisson. Autant d’éléments qui semblent inenvisageables, et pourtant…

Après avoir patienté quelques minutes, notre serveur nous est présenté. On nous explique qu’il va nous conduire à notre table et que si l’on a besoin de quoi que ce soit il nous suffit de l’appeler. Puis, on se met en file indienne, la main gauche sur l’épaule de la personne qui nous précède et la main droite libre pour retenir les deux ou trois rideaux qui séparent la salle noire du reste du restaurant.

Nous suivons donc José, notre serveur. Après avoir traversé le couloir, nous voilà dans la salle. José vient vers nous un par un et nous place derrière nos chaises. Nous nous installons à tâtons et touchons avec nos mains pour essayer de trouver les éléments qui sont sur la table, uniquement serviettes et couverts.

Un premier verre de vin nous est donné par José, de main à main. Évidement, on goûte tous le vin sans attendre, histoire de voir si on parvient à discerner le rouge, le blanc et le rosé ! Pour moi, pas de doute, c’est du rouge, pour certains de mes collègues, le doute s’installe.

Arrive ensuite l’entrée et le moment de la découvrir avec nos doigts. On touche, on cherche, on sent et enfin on goûte en essayant de retrouver les saveurs. Une fois de plus, on fait fonctionner notre cerveau et nos papilles afin de discerner certains goûts qui nous font douter, on partage nos idées et du coup les idées des autres peuvent remettre en cause ce dont on était sûr.

José retire nos assiettes et on enchaine avec le plat et le second verre de vin. On recommence le même rituel, puis on déguste le dessert. Une fois le repas terminé, José nous raccompagne dans la salle éclairée et il nous faut quelques secondes pour nous réhabituer à la lumière.

La personne qui nous a accueilli nous demande alors si ça va et si on a été capable de reconnaître ce que nous avons mangé et bu. C’est alors le moment de découvrir le menu et les boissons.

Mon ressenti :

Il s’agit vraiment d’une expérience troublante mais très intéressante. Pour ma part, et ça a été aussi le cas pour certains de mes collègues, les premières minutes dans le noir ont été un peu difficiles parce qu’on s’est senti oppressé. En fait, l’obscurité est si complète que c’est angoissant. Une fois passé ce cap, je me suis plongée dans l’expérience.

Je me suis tout de suite rendue compte que j’avais énormément de mal à situer mes collègues. J’avais vraiment l’impression que le groupe avait été divisé en deux et installé à des tables différentes! La notion de son était aussi perturbante. En fait comme on ne se voit pas, on n’évalue pas la distance à laquelle se trouve notre voisin, donc on a tendance à parler bien plus fort que nécessaire parce qu’inconsciemment on l’imagine très loin de nous. En plus d’être dans le noir, on est donc également dans une ambiance bruyante.

Le fait de manger avec les doigts est assez intéressant aussi et ça nous permet d’appréhender le plat et d’en discerner les différents éléments. Le goût a une place essentielle parce que les différents ingrédients ou composants du plats ne facilitent pas forcément la distinction des saveurs.

C’est également révélateur sur le plan humain. Premièrement parce que le fait d’être servi par des personnes mal ou non-voyantes génère un sentiment d’empathie et d’admiration. Ensuite, on doit être beaucoup plus attentif à nos compagnons de table parce que comme on ne peut pas distinguer de mimiques, de sourires ou au contraire un malaise, on ne peut pas savoir quelles sont leurs réactions ou comment ils se sentent. D’ou l’importance de communiquer oralement.

Quelques informations sur le restaurant : 

Comme je vous le disais, c’est une franchise présente dans plusieurs villes du monde. Il y a des heures précises pour les services et 3 types de menus vous sont proposés : un menu simple (entrée-plat ou plat-dessert), un menu complet sans boisson et un menu dégustation. Vous pouvez également ajouter des boissons, 2 ou 3 verres de vin ou une dégustation. Le tout dans une fourchette de prix allant de 38 à 65€ sans boisson. Comptez entre 12 à 40€ de plus pour les boissons. Ces prix indicatifs sont ceux du restaurant de Barcelone, ils varient d’une ville à l’autre.

Il nous est aussi indiqué que le prix de l’expérience est de 14€ et qu’il est inclus dans notre menu. Cette somme correspond au fait que ça requiert des installations particulières, du personnel supplémentaire…Je trouve ça assez dommage de le mettre en avant de cette façon, un peu comme si on achetait un ticket pour un musée.

La décoration du restaurant est cohérente, on y trouve des inscriptions en braille sur les murs et des pancartes pour nous indiquer comment commander un mojito en langue des signes.

D’un point de vue culinaire, je n’ai pas été particulièrement surprise et j’ai trouvé que c’était peu copieux. Comme le menu est surprise, vous devez prévenir si vous souffrez d’allergies au moment de la réservation afin que l’on vous serve des plats adaptés.

Au final on vit un moment vraiment fort en émotions, il est absolument impossible de sortir de la salle en disant que l’on a rien ressenti. Si vous décidez de tenter l’expérience, vous serez surpris, d’une façon différente selon les personnes, mais vous le serez. Pour ma part, je suis contente d’avoir eu l’occasion de tester parce que je ne sais pas si je l’aurais fait par moi-même. C’est donc une belle immersion à faire au moins une fois.

Dans le noir ?  Passeig de Picasso, 10, 08003 Barcelona. Mais aussi à Paris, Londres, Saint-Petersbourg, Auckland, Madrid et Nantes

A propos de l'auteur

Je m'appelle Pauline, j'ai 25 ans et j'adore cuisiner! Je cuisine du sucré comme du salé, des choses plus ou moins élaborées mais faciles à réaliser et toujours bon marché! Ce blog s'adresse à tous dans un seul but: partager des recettes simples, originales et créatives.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.